Spam Trap ! Comment les évitez ?

Cet article est issu du blog de Litmus disponible ici en version anglaise. Litmus permet de visualiser le rendu de son message sur plus de 40 clients emails et appareils mobiles. Mailissimo intègre cette fonctionnalité pour vous permettre de valider votre message avant de l’envoyer.


20% des emails envoyés n’arrivent pas dans la boîte de réception de vos destinataires.

Vous passez du temps à développer votre liste d’inscrits, à créer des campagnes performantes et à rédiger des objets percutants, et malgré tous vos efforts, une partie de vos contacts ne voient jamais vos emails.

Le taux de délivrabilité est un des challenges les plus critiques auxquels les spécialistes de l’emailing doivent faire face. Beaucoup de facteurs influencent votre délivrabilité, et parmi eux les adresses pièges (« spam traps », « traps hits ») sont un des plus néfastes et incompris.

QU’EST-CE QU’UNE « SPAM TRAP » ?

Les adresses pièges sont utilisées par les fournisseurs de messagerie (« webmail ») et les listes noires (« blacklist ») pour traquer les mauvais expéditeurs. Mais pas seulement. Des expéditeurs légitimes ne faisant pas attention à l’hygiène de leurs données ou qui ont de mauvaises politiques d’acquisition peuvent être pris au piège.

Une adresse piège est, ou plutôt a été, une adresse valide mais n’est pas/plus utilisée comme moyen de communication. Elle existe uniquement pour identifier les spammeurs et les expéditeurs n’utilisant pas des listes propres.

POURQUOI DOIS-JE ME SOUCIER DES « SPAM TRAPS » ?

Vous l’ignorez surement mais il y a de grandes chances qu’un de vos messages soit déjà arrivé sur une adresse piège. Une seule dans votre liste d’envoi peut impacter négativement la délivrabilité de votre campagne dans les boîtes de réception de vos destinataires.

Envoyer un email à une adresse piège indique soit une mauvaise pratique de collecte soit une mauvaise hygiène de votre liste de contacts. Pour les outils d’anti-spam et les fournisseurs de messagerie, vous êtes un spammeur, impactant négativement votre réputation d’expéditeur. Les expéditeurs avec une mauvaise réputation n’arrivent pas dans les boîtes de réception de leurs destinataires.

COMMENT ERADIQUER LES « SPAM TRAPS » DE MES LISTES ?

Pour éradiquer une adresse piège, il faut déjà savoir identifier les différents types. Laura Atkins, experte en délivrabilité et propriétaire du blog « Word to the Wise », liste les différentes catégories d’adresses pièges.

Concentrons-nous sur les adresses pièges les plus courantes :

  • Les adresses pièges « semées sur le web » sont publiées sur les sites web publics mais sont cachées des utilisateurs. Elles sont collectées par des robots à la recherche de tout ce qui pourrait être une adresse email.
  • Les adresses pièges « recyclées » ont été créées par de vrais utilisateurs et laissées à l’abandon. Au bout d’un certain temps, elles ont été converties en piège par les fournisseurs de messagerie.

Si une adresse n’est plus utilisée, les fournisseurs de messagerie vont la désactiver au bout d’un certain temps.

Si un email arrive à cette adresse, une réponse « HARD BOUNCE » (« NPAI » = n’habite plus à l’adresse indiquée) est envoyée en retour pour signaler à l’expéditeur qu’il peut/doit supprimer cette adresse de sa liste. Les expéditeurs avisés honorent cette requête et désactivent les mauvaises adresses. Cependant certains ignorent ce processus et continuent à travailler ces mauvaises adresses.

En réponse à ces expéditeurs malveillants ou ignorants, les fournisseurs de messagerie convertissent les adresses abandonnées en adresses piège. Après quelques temps, ces adresses ne retournent plus un code « HARD BOUNCE » et deviennent des pièges actifs dénonçant tous les expéditeurs qui envoient des emails.

Garder actives les adresses « HARD BOUNCE » est le meilleur moyen d’obtenir des adresses pièges. Soyez très attentifs à la bonne désactivation des adresses « HARD BOUNCE » pour ne pas accidentellement continuer à leur envoyer des emails.

Vous pouvez également obtenir des adresses pièges si vous ne travaillez pas régulièrement votre base. Si vous ne travaillez plus votre liste pendant un certain temps, certaines adresses peuvent être converties en piège.

Il existe de nombreux autres moyens d’obtenir des adresses pièges. Par exemple, certaines personnes peuvent remplir un formulaire avec une mauvaise adresse pour ne pas être contactées, ou d’autres peuvent se tromper dans l’orthographe de leur email.

COMMENT SAVOIR SI MA BASE CONTIENT UNE « SPAM TRAP » ?

Les adresses pièges ont toutes été à un moment des adresses valides, il est donc difficile de les identifier. Cependant, il existe quelques outils évaluant la réputation des expéditeurs et indiquant si des adresses pièges ont été détectées. Le « SNDS » (Smart Data Network Service) indique les adresses pièges du réseau Microsoft et SignalSpam indique celles du réseau Orange.

COMMENT ELIMINER UNE « SPAM TRAP » ?

Les adresses pièges permettent d’identifier les mauvais expéditeurs donc logiquement aucune liste publique ne dévoile ces adresses.

Le seul moyen de trouver et d’éliminer une adresse piège est de nettoyer votre liste continuellement.

Les adresses pièges semblent valides mais ne réagissent pas comme un destinataire engagé. Aucune ouverture ni aucun clic ne proviennent de l’une d’elles. Il suffit donc d’éliminer les inactifs de votre liste pour les nettoyer.

Généralement, les adresses pièges apparaissent dans les nouveaux inscrits ou parmi vos contacts les plus anciens.

Conseils pour gérer vos nouveaux inscrits

  • N’achetez jamais une liste de contacts inconnus
  • Utilisez le « double opt-in » pour valider les nouveaux entrants
  • Vérifiez les nouvelles adresses

Conseils pour gérer vos anciens inscrits

  • Travaillez fréquemment votre liste
  • Traitez vos inactifs
  • Supprimez les « HARD BOUNCE »
  • Aidez-vous des rapports SNDS / SignalSpam

Si vous avez des questions, des remarques, un projet ou des suggestions, n’hésitez pas à contacter NSP qui met son savoir faire et son expertise à votre disposition.

Réagissez à cet article en laissant un commentaire, partagez le à vos connaissances.
Inscrivez-vous à notre newsletter et à notre flux RSS pour être informé(e) dès la parution de nouveaux articles.


Romain Didier

Twitter : @RomainDidier


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.